Mardi 1 mai 2007 2 01 /05 /Mai /2007 21:48
Qu’est ce qu’un hadith ?

hadith.jpg



Cet article a pour vocation d'apporter une introduction synthétique et succincte sur la définition de ce qu’est un hadith, quelques aperçus de la science islamique dite «du hadith» ainsi que des bienfaits spirituels qu'ils apportent.

Définition

Dans le sens qui nous intéresse, un hadith c’est :

Tout ce qui est rapporté du Prophète (saws) comme paroles, actions, acquiescements, ou caractéristiques (physiques, traits de caractères etc.)

Ces informations forment ce que l’on appelle la sounna. Elles sont la deuxième source de législation dans l’islam après le Coran. Mais contrairement à ce dernier, la question de l’authenticité se pose.


La transmission des hadith et leur intérêt scientifique

Ces hadiths ont en effet été transmis de génération en génération, de maître à élève ou de père en fils. Le travail d’authentification des savants consiste à examiner les chaînes de transmissions (isnad), de type « untel a dit à untel qui a dit à untel… » en procédant à des recherches sur chacun des maillons de cette chaîne. On analysera des facteurs tels que la réputation de piété, d’intelligence, la possibilité géographique ou temporelle d’avoir pu recevoir cette information du précédent maillon et transmis au suivant etc.

Pour montrer à quel point les savants étaient scrupuleux, on peut citer, cette petite histoire de l’imam al Bukhari, qui avait rencontré un rapporteur et l’ayant vu avoir un mauvais comportement avec son âne a décidé de ne pas prendre de ahadith de lui.

Ainsi, en fonction donc des informations procédant de la chaîne de transmission, mais également de la validité de l’énoncé (matn) ainsi que d'autres facteurs on va classer ces hadiths dans différentes catégories. Les grandes catégories sont Sahih (authentique) Hassan (bon) Da’if (faible) et Mawdu’ (forgé) sachant que chacune de ces catégories contient des sous catégories.

Petite parenthèse, il est utile de signaler qu’il y’a des divergences entre les traditionnistes, à la fois sur le statut des transmetteurs et sur la méthode de classification. Ceci entraine inévitablement des divergences sur le statut des ahadiths… Un hadith sahih (authentique) pour l’Imam Muslim peut ne pas l’être pour l’Imam Bukhari, ou un hadith da'if (faible) pour cheikh al Ghumari peut être sahih (authentique) pour as Suyuti… Il ne suffit donc pas toujours qu’un hadith soit déclaré faible pour invalider un avis juridique basé dessus, par exemple.

Selon la catégorie dans laquelle le hadith a été classé, celui ci aura une utilité différente en terme scientifique, dans la science du fiqh ou de la ‘aqida. A titre d'exemple, il est possible de se baser sur un hadith Sahih pour établir un statut juridique (par exemple haram) mais pas sur un hadith faible. Par contre le hadith faible peut être utilisé pour encourager au bien. En effet, il existe par exemple de nombreux hadith faibles très connus sur le mérite des sourates du Coran que l’on trouve dans les livres des savants.

Tout l’intérêt de cette science pour les savants sera donc de proposer aux savants du fiqh le matériel leur permettant d'émettre des avis juridiques et de les peser les uns par rapport aux autres. Par contre il est clair que le simple fait qu’un hadith soit sahih ne suffirait pas à émettre un avis juridique car un hadith authentique peut très bien être par exemple abrogé, ou bien peut être lié à une cause précise qui ne concerne pas tous les musulmans, ou encore il peut être précisé par un autre hadith ou un verset du coran etc.

La science du fiqh est donc nécessaire pour pouvoir appliquer le contenu juridique de la sounna, et celle du hadith l’est pour l’authentification des informations traditionnelles.


Leur bienfaits spirituels et religieux

Puisque tout ce qui vient d’être énoncé procède du travail des savants du hadith (pour l’authentification), et des juristes (pour la déduction de règles juridiques). Mais et nous, les simples musulmans dans tout cela ? A quoi nous servent les ahadiths ?

Leurs bienfaits sont multiples, mais nous allons nous contenter dans le cadre de cette introduction d’en mentionner deux qui procèdent de la même source

La connaissance générale et la sagesse de l'islam

La deuxième chose profitable est le fait que la lecture des ahadiths augmente notre connaissance générale sur la religion, notre culture islamique dirons nous. Si nous n’employons pas le mot « science » c’est parce qu'à notre niveau, comme nous l’avons dit, nous ne pouvons ni authentifier les ahadith, ni en déduire des règles juridiques, ni des articles de foi, ni quoi que ce soit de scientifique.

Par contre, à la lecture des ahadith que nous trouvons dans des livres dédiés qui nous sont destinés, nous en apprenons plus sur notre religion en général. Celà nous aide à aiguiser notre curiosité, puis à puiser dans les travaux des savants, leurs explications, leurs déductions, dans le but de mettre en application ce dont nous avons pris connaissance.

L’Imam al-Qarafi a dit :

"Et prenez garde à ne pas agir comme certains étudiants le font quand ils raisonnent directement a partir d’un hadith, alors qu’ils ne savent même pas son authenticité, et laissant de coté ce qui a été mentionné [par les Imams] concernant les subtilités qu’ils impliquent ; en faisant cela, ils se sont égarés et ont égarés d’autres avec eux."

Ils contiennent également une sagesse inépuisable qui peut nous aider à faire face aux problèmes que nous rencontrons tous les jours, et nous aider à mieux communiquer l’islam par notre comportement et nos paroles.

Les 40 hadith de l’imam an Nawawi sont de très bons exemples à cet égard : ils ne concernent pas le juridique mais ils concernent la religion en général et ils sont un bienfaits pour le chercheur de vérité.

Un outil d’éducation spirituel

La lecture et la méditation des ahadith authentiques nous aide à établir une connection directe et inaltéré du Prophète (saws), c'est à dire à mieux le connaître et à mieux l’aimer à travers ses paroles. Ibn Arabi dit en effet que l’amour véritable naît de l’audition des propos de la personne, et non de la vision. Et en l’occurrence, nous serions étonné tant par leur contenu que par leur forme.

Wahb Ibn Munabbih disait par exemple à propos de son éloquence :

J’ai lu soixante et onze livres où il est écrit que le Prophète, est, de tous les hommes, celui qui a l’esprit le plus équilibré et le meilleur avis. J’ai trouvé dans tous ces ouvrages que Dieu (qu’Il soit exalté) a accordé à l’ensemble des hommes en matière de raison, par rapport à l’entendement du Prophète, depuis la création du monde et jusqu’à son achèvement, seulement l'équivalent d’un grain de sable par rapport au sable du bas monde.

On trouvera de nombreuses informations relatives à l’étonnante éloquence de notre Prophète bien aimé dans le
Kitab as Chifa’ du qadhi ‘Iyad.

De plus ces hadith peuvent nous aider dans une certaine mesure à établir un lien spirituel, de cœur à cœur avec le Prophète (saws) car les paroles d’un prophète ont un effet purifiant sur l’esprit et sur le cœur. N’oublions pas que parmi nous il y’a forcement quelqu'un qui s’est intéressé à l’islam ou à sa pratique après avoir entendu une parole du Messager d’ Allah qui a touché son cœur…

A propos de l’effet actif des paroles du Messager d’Allah citons cette histoire à propos de Sayyiduna ‘Umar ibn al Khattab raa qui s’adressa au Prophète en ces termes : "Vous m'êtes plus cher, O Messager d'Allah, que tout ce que je possède sauf ma propre personne qui est en moi". Le Prophète (saws) a répondu : "tu ne seras pas un vrai croyant tant que je ne suis plus cher pour toi que ta propre personne" ‘Umar a dit : "par Celui qui vous a révélé le Livre, vous m'êtes plus cher que ma propre personne". Le Prophète (saws) lui dit alors : "Maintenant, ta foi est complète".

On peut voir par cette anecdote qu’il a suffit d’une seule parole du Messager d’Allah (saws) pour élever sayyidna ‘Omar d’un état à un autre, d’une compréhension de l’essence même de sa foi à une autre.

Par ailleurs, les paroles prophétiques ont des niveaux d’interprétation vastes et nombreux et le croyant, à mesure qu’il progresse dans les étapes de la foi, leur trouvera une saveur nouvelle et un sens différent. Les maîtres spirituels de toutes les époques ont par conséquent recommandé leur lecture et commenté longuement leurs sens profond.

Mais il faut ajouter que bien évidement, à notre niveau, entendre la parole ne suffit pas sans un travail intérieur pour s’améliorer et se réformer, et si les ahadith sont un bon outil d’éducation spirituelle, ils ne s’y substituent pas pour autant.


Quelques livres

Pour finir, nous conseillerons quelques livres en français de la catégorie que nous venons d’évoquer: utiles à tout musulman.

  • Les 40 hadiths de an Nawawi dont est tiré le hadith de Jibril, un livre essentiel et reconnu.

  • Riyadussalihin (les jardins des vertueux) de an Nawawi encore, un livre véritablement pensé pour tout un chacun, ce sont des hadith qui ont pour vocation de nous orienter vers la piété en nous recommandant le bien et en nous déconseillant le mal. Ce livre devrait être dans toutes les bibliothèques, ou plutôt, sur toutes les tables de chevet.

  • Dans un sens plus large mais tout aussi profitable : Sagesses Musulmanes de ibn Hajar al Asqalani , livre contenant des hadith prophétiques, mais aussi des paroles des compagnon, des anciens (salaf), et des maîtres spirituels.

  • Comme livre sur la science du hadith on ne peut que recommander le Précis des sciences du hadith de Mahmoud at Tahhan qui est simple et bien expliqué.

  • Enfin pour les livres de hadith réservés à des lecteurs plus avertis en terme de science, on peut citer al muwatta de l’imam Malik (ouvrage consacré principalement au fiqh), et les deux sahih, sahih Bukhari et sahih Muslim.



Et Allah est le plus savant.

Par 'Abd al Batin - Publié dans : La Sunnah (Sirah,Hadith...)
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés