Samedi 25 août 2007 6 25 /08 /Août /2007 21:02

Une Explication de Surat al-‘Asr

temps.GIF
La sourate du Temps

par le Shaykh Tahir Mahmood Kiani

 

 

 

 

 


Se prémunir de la Perdition

 

La Surah Al-‘Asr, «Le Temps» est une courte surah qui nous offre un profond rappel.

 

Elle nous enseigne que à quel point l’homme s’expose à souffrir de la perte ultime s'il ne sait gérer son temps convenablement, et nous indique la manière dont il peut éviter toute perte en utilisant ce temps avec sagesse.

 

On y trouve recensés tous les éléments de la réussite de la vie individuelle et sociale.

 

L’Imam Al-Sahfi’i a, à très juste titre dit, que si les gens méditaient cette surah attentivement, cela seul suffirait pour leur guidée.

 

La Surah dit:

 

وَالْعَصْرِ

إِنَّ الْإِنسَانَ لَفِي خُسْرٍ

إِلَّا الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ وَتَوَاصَوْا بِالْحَقِّ وَتَوَاصَوْا بِالصَّبْرِ

 

 

[Translittération phonétique]

 

  1. wal ‘aṣr(i);

  2. inna l-insāna la-fī khusr(in);

  3. illā l-ladhīna āmanu wa-‘amilu ṣ-ṣāliḥāti wa-tawāsaw bil-ḥaqqi wa-tawāsaw biṣ-abr(i).

 

 

[Traduction approximative]

 

  1. Par le Temps !

  2. L'homme est certes, en perdition,

  3. sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres, s'enjoignent mutuellement [à diffuser] la vérité et s'enjoignent mutuellement l'endurance.

 

 

En d’autres termes :

 

La rapidité de l’écoulement du temps témoigne du fait que : tant qu’ils n’ont pas foi en l’Islam, ne l’adoptent pas comme mode de vie, n’accomplissent pas de bonnes œuvres, ne s’enjoignent pas mutuellement au Haqq (la Vérité et la Droiture), et ne s’encouragent pas à la persévérance et à l’endurance, les hommes courent à leur perte la plus totale.

 

 

Témoignage du temps

 

La Surah débute par une référence au Temps, introduite ici afin de démontrer à l’homme qu’il sera perdant s’il ne réalise pas la véritable valeur du temps qui lui est accordé.

 

L’importance liée au temps est non seulement mise en évidence par le fait qu’il soit cité dans le Noble Qur’an, ce qui en soit est fort significatif, mais également (et d’autant plus), par le fait que Le Créateur Exalté jure par lui, le prend à témoin d'un serment, l’explique, et lui consacre une surah éponyme entière.

 

Le temps est la plus précieuse des ressources que l’homme ait en sa possession et ceux qui en ont saisi la valeur véritable ont des expressions telles que : « Le temps c’est de l’argent » ou « Le temps est une richesse ».

 

Sa réserve est définie et limitée. La quantité maximale dont nous en disposions, est notre durée de vie, qui elle-même ne peut être connue de personne et dont la fin peut advenir à tout moment, que nous y soyons préparés ou non, à cause de sa nature imprévisible.

 

Le temps est une ressource non renouvelable : chaque instant éteint, l’est définitivement. Il ne peut être rattrapé, ni se répéter et on ne peut l’arrêter. Que nous l’utilisions à notre avantage ou non, il passe, et passe rapidement. Jette donc un œil à la trotteuse de ta montre, et voit comme chaque déplacement et chaque bruit de l’aiguille annonce le passage du temps déjà partit pour toujours... Et ce cliquettement de l'aiguille indiquant les secondes qui passent n’est qu’un piêtre indicateur de la vitesse avec laquelle s’écoule le temps. En l’espace d’une seule seconde, la lumière a parcouru cent quatre vingt six milles (186 000) miles, un ordinateur a exécuté un million d’instructions, la ville de Batley (et tout le reste sur la terre) s’est déplacé d’approximativement quatre cent vint neuf (429) mètres vers l’Est (du fait de la rotation de la terre sur son axe), et la BP a fait un beau bénéfice qui se compte en milliers. Maintenant imagine le mouvement d’un cortège ininterrompu de millième de secondes se déplaçant clairement sur la bande d’un télescripteur électronique. C’est à cette vitesse que nous allons vers la fin de notre temps: notre mort.

 

Il apparaît donc indéniable que notre succès repose sur une utilisation judicieuse, efficace, et bénéfique de notre temps. Plus une personne est doué à cela, plus il est un gagnant et un victorieux, alors qu'au contraire plus il est mauvais à l'utilisation de son temps, plus il est un perdant.

 

 

Le temps déjà écoulé est devenu de l'histoire, et l’histoire des nations est retenue et mémorisée afin d’y puiser leçons et enseignements. C’est à cette même fin que le Noble Qur’an nous rappelle, à maintes reprises, le sort des nations qui nous ont précédés. « N’avez-vous pas entendu parler de ces personnes? N’avez-vous pas entendu parler de celles-ci? N’avez-vous pas entendu parler des ‘Ad, des Thamud, du peuple de Saba, des Sumériens, des Minœns et de leurs semblables? »

 

Cette Surah présente le temps comme un élément qui, si on le médite bien, démontre que ceux qui n’utilisent pas convenablement leur temps limité mais si précieux sont d’énormes perdants. Si une personne devait rester à écouter le décompte de chaque seconde de sa montre comme le son de l'inéluctable, chaque tic et chaque tac lui donnerait des frissons dans le dos, si elle comprenait seulement qu’elle avait désormais moins de temps en sa possession pour oeuvrer dans le bien et d'en obtenir les récompenses qu’il y a quelque tic et tac plus tôt.

 

De ce point de vue, la position de l’homme en ce monde est comparable à celle d’un marchand de glace qui, se trouvant dans un climat torride, voit sa marchandise fondre au soleil. Aussi, le commerçant avisé vendra sa marchandise le plus rapidement possible, gagnant ainsi des profits, alors que le sot restera passif à regarder sa glace fondre et partir en ruine et perte.

 

La signification profonde et l’essence de la surat al-‘Asr, renvoie à la fois à la nature fuyante temps (la vitesse avec laquelle il passe) et au temps passé qui est devenu de l’histoire.

 

L’aspect historique du temps nous met face à l’évidence que Allah traite toujours les communautés selon leur comportement collectif. Ont prospéré les nations qui ont accomplis des oeuvres pies et qui ont agis avec honnêteté et droiture, mais ont échoués celles qui étaient mauvaises, injustes et corrompues (cad. qui n’ont pas évolué en conformité avec la Voie, l’Ordre d’Allah). C’est en raison de leur comportement « non-Islamique », que ces sociétés ont perdu leur paix et leur ordre, et se sont alors affaiblies, sont tombées en ruines, ou furent envahies par les autres. A maintes reprises, après s’être vu accordé un délai imparti ils étaient puni et détruits. Ils sont pour nous un rappel dont le temps, lui-même, témoigne.

 

La nature fuyante du temps nous rappelle que nous sommes sur cette terre pour être testés durant une période définie qui s’écoule rapidement. Nous pouvons trouver une illustration de notre propos dans les salles d’examen des écoles, et les halls des universités et autres centres d’étude, où le temps, comme cela est clairement annoncé, est une partie de l’examen ou du test en lui même.

 

Pour réussir le test, nous devons vivre notre vie de la manière dont notre Seigneur, Le Créateur, veut que nous vivions. Chaque instant passé en dehors de l’obéissance à Allah est une opportunité perdue à jamais et ceux qui persistent à gacher l'opportunité de consacrer leurs instants à la droiture, la piété et la vertu, sont ceux qui sont «certes en perdition». De ce point de vue, nous sommes comme les étudiants durant leur épreuve écrite. Le temps non consacré à se focaliser sur les questions de l'épreuve est un temps gaché qui aura pour conséquence la perte de points et une mauvaise note. Notre situation est d’ailleurs bien plus délicate encore, car nous ignorons même à quel moment notre mort peut mettre un terme à l’examen de notre vie. Nous ne pourrons jamais avoir la possibilité de rattraper le temps perdu dans l’oubli.

 

Le fugacité du temps souligne également un autre aspect. Durant ce bref passage sur terre, le sage endure les désagréments éphémères de vivre conformément aux Commandements d’Allah s’assurant ainsi de grandes récompenses pour l’éternelle vie de l’Au-Delà. Le perdant quant à lui, sombre pour la satisfaction instantanée et transitoire, se privant par la même de la promesse du succès éternel.

 

 

 

Les moyens du Salut

 

La surah al-‘Asr insiste donc principalement sur quatre éléments-clés du succès qui sont : l’Iman (la foi), l’accomplissement d’œuvres pies et durables, la lutte commune pour la Vérité et l’encouragement mutuel à la patience et à l’endurance.

 

De cette courte Surah nous apprenons donc que pour éviter d’être perdants, nous devons :

 

  1. Investir notre temps dans la poursuite d’objectifs et selon une manière conformes à notre foi en l’Islam comme véritable mode de vie ;

 

  1. Accomplir des actes positifs, durables et visant à atteindre l’excellence spirituelle et morale, ainsi que des actes menant à l’amélioration et à l’essor de la société, comme nous y exhortent le Qur’an et la Sunna ;

 

  1. S’efforcer et lutter ensemble pour la Cause de la Vérité et pour la promotion du Haqq – ce qui inclut la foi en l’Islam, les bonnes actions ainsi que l’équité, la justice et la vérité; et s’encourager mutuellement à respecter et accomplir nos obligations et responsabilités; et enfin

 

  1. Rester constants et patients dans l’accomplissent des trois éléments précédents et s’encourager mutuellement à cette fin.

 

Ces quatre facteurs sont primordiaux pour notre réussite et sont intimement liés et interdépendants. La foi véritable se manifeste au travers des actions d’un individu ayant fait des bonnes actions son mode de vie ; et une personne qui aime sa foi et son mode de vie, les promeut tous deux dans la société, désireuse qu’elle est de les voir appréciés et adoptés, et avec espoir de voir les gens se dresser et œuvrer avec rigueur et persévérance pour pour eux.

 

Tout cela est un tout et doit être considéré ainsi pour le succès et le salut. Le temps et les ressources dont chacun dispose doivent également être dépensés en vue de créer un environnement et une dynamique pour la promotion du Haqq et de la persévérance, ainsi qu'à l'espoir de la réussite grace à Allah sur la base de la foi et des bonnes œuvres. Si le chemin de la réussite commence avec la foi, il doit nécessairement se poursuivre en remplissant les trois autres conditions de manière simultanée. Nous ne pouvons attendre de maitriser l'une d'elles avant de passer à une autre, mais nous devons chercher à nous accomplir dans chacune d'entre elles en même temps, et donc, pour ainsi dire, de pratiquer la piété, promouvoir la Vérité, appeler à la patience, et s’enjoindre mutuellement à le faire. C’est alors seulement que nous pourrons éviter notre perte et gagner le salut.

 

 

Traduit du site : www.marifah.net

Par 'Abd al Batin - Publié dans : Les Sciences du Coran
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés