Jeudi 12 janvier 2006 4 12 /01 /Jan /2006 06:48
Moukhtaçar Al-cheikh
 
 
Sidi Abderrahman Al-Akhdari 
 
Fi Al-îbadat

(Abrégé sur l’adoration)


 Quatrième partie: La Salat

 

LA PRIERE  

 
Les moments de la prière
 
Le meilleur moment pour la prière du DOHR — milieu du jour — est celui où le soleil décline du milieu du ciel, et où l'ombre commence à augmenter.
Pour la prière de l'ASR — prière de l'après-midi — c'est le moment compris entre la fin du temps du DOHR et celui où le soleil jaunit.
Le délai imparti pour faire ces deux prières s'étend jusqu'au coucher du soleil.
Pour la prière du MAGREB -- après le coucher du so­leil — son délai permis est le temps qu'il faut pour l'accomplir après avoir fait ses ablutions, et avec toutes ses conditions.
Pour le 'ICHA -- prière du soir — c'est le moment qui va de la fin du crépuscule au premier tiers de la nuit.
Le délai imparti à ces deux dernières prières - s'étend jusqu'au FAJR — point du jour —
Pour la prière du SOBH --- l'aube - - elle peut être faite du point du jour jusqu'à la vive clarté (apparition du bord du disque solaire). Le délai imparti à cette prière finit avec l'apparition du soleil
Celui qui n'a pas accompli sa prière au moment fixé, doit la faire après, à titre de réparation.
Celui qui retarde la prière au delà du délai imparti, commet un grave péché, sauf s'il l'a oubliée ou s'il dormait.
On ne doit pas faire de prière surérogatoire après celle obligatoire du matin, mais seulement quand le soleil est au-dessus de l'horizon ; de même après celle de l'ASR jusqu'à celle du coucher du soleil (MAGREB), et également après le lever de l'aurore (avant la prière de l'aube) sauf si on a l'habitude d'un OUIRD – (prière surérogatoire de nuit cou­tumière au fidèle) pour lequel on ne s'est pas éveillé à temps.
 
De même il est interdit de faire une prière surérogatoire quand l'IMAM s'assoit en chaire pour prononcer son prône du Vendredi jusqu'à sa sortie.
 
 
Conditions indispensables de la prière.
Ces conditions sont :
  • *Avoir le corps purifié (au cas d'impureté majeure). Avoir fait les ablutions (au cas d'impureté mineure).
  • *Dans les deux cas, propreté des vêtements et du sol —lieu où on fait la prière--
  • *Maintenir cachées ses parties honteuses.
  • *Se tourner dans la direction de la KAABA —AL-KIBLA—.
  • *Observer le silence, et ne faire autre chose que prier — pas d'autres mouvements —
Les parties honteuses à cacher, pour l'homme, sont du nombril aux genoux. Pour la femme le corps entier doit être caché sauf le visage et la paume des mains.
Il est recommandé de ne porter de pantalons collants ou translucides que s'ils sont recouverts d'un autre vêtement.
La prière est permise à celui qui porte un vêtement souillé s'il n'a pas sous la main de rechange, ou s'il n'a pas trouvé d'eau pour le purifier, ou s'il a de l'eau mais ne peut le laver, n'en ayant pas d'autre à mettre pendant le lavage, et s'il craint de dépasser ainsi l'heure fixée pour la prière.
Il est interdit de retarder la prière sous ces prétextes (pour défaut de pureté). Celui qui la retarde désobéit à son Seigneur. Celui qui n'a pas de quoi voiler sa nudité fera sa prière tout nu.
 
Qui se trompe sur l'orientation de la KIBLA—AL-Kaâba doit recommencer la prière sur-le-champ, car chaque prière ainsi refaite au moment d'élection est un acte méritoire. La prière obligatoire et aussi la surérogatoire, ne doivent pas être faites si leur temps d'élection est écoulé.
 
Actes obligatoires de la prière :
  • *L'intention de faire une prière déterminée.
  • *La prononciation de la formule : (Allahou Akbar) en station debout.
  • *La récitation de la Fatiha —premier chapitre du Coran en station debout.
  • *La flexion du corps en avant -- les mains sur les genoux -- suivie de redressement.
  • *La prosternation, en posant le front sur le sol, suivie de redressement.
  • *Le maintien droit avec calme et tranquillité pour tout le corps.
  • *L'observation stricte de l'ordre précité.
  • *La prononciation de la formule : Assalamou Alaïkom après s'être assis.
  • *L'intention doit précéder la formule : Allahou Akbar.
 
Actes d'obligation traditionnelle' de la prière : AL-IKAMA (nouvel appel à la prière).
  • *Réciter une autre Sourate après la Fatiha dans la station debout. (Réciter à voix haute ou basse selon les prières.)
  • *Prononcer la formule : Samiâllahou Liman Hamidah (Dieu entend celui qui Le loue)
  • *Sauf la première, les autres Takbirates sont d'obligation traditionnelle. Les deux Tachahoudes doivent se faire en po­sition assise. (II faut réciter la Fatiha en premier lieu.)
  • *Celui qui prie sous la direction de l'Imam prononcera un deuxième et un troisième salut, tandis que l'Imam n'en pro­noncera qu'un seul. Mais seul le salut obligatoire est dit à voix haute. Il faut prononcer la formule : Allahoumma Salli âla Mohammed (que le salut soit sur lui).
  • *Au cours de la prosternation, le nez, les deux paumes des mains, les genoux et les extrémités des orteils doivent toucher le sol.
  • *Pour celui qui prie seul, il convient de déposer à terre un objet repère pour s'isoler des passants ; cet objet doit avoir au moins le diamètre d'une lance et une coudée de longueur, il doit être propre, stable, et non susceptible de détourner l'attention du fidèle.
 
Actes Méritoires de la prière :
 
  • *Lever les deux mains au moment du Takbirat al-Ihram à la hauteur des oreilles.
  • *Celui qui prie sous la direction de l'Imam doit prononcer la formule : Rabbana wa Laka Lha­mde — (Oh! mon Dieu c'est à Toi qu'appartient la louange!)
  • *Dire : Amine après la Fatiha, seul ou avec l'Imam. Quant à l'Imam il ne doit prononcer ce mot qu'après la récitation à voix basse.
  • *Prononcer la formule : (Soubhna Llahi) — gloire à Dieu — pendant la génuflexion.
  • *Faire les invocations au cours des prosternations.
  • *Faire une longue récitation de Coran au cours de la prière du matin SOBH, une autre longue au cours de celle du DO­HR, une courte pendant celle de l'ASR et celle du MAGREB, une autre de longueur moyenne dans celle de l'Icha.
  • *Réciter les SOURATES selon l'ordre du Coran ; la SOURATE récitée au cours de la première génuflexion étant plus longue que celle de la deuxième.
  • *Faire les génuflexions et les prosternations ; s'asseoir en­suite de la façon connue.
  • *Prononcer le QOUNOUTE à voix basse avant les génu­flexions et après la récitation de la SOURATE dans la deu­xième génuflexion de la prière du matin, (il est toutefois per­mis de le faire après cette génuflexion).
  • *Invoquer Dieu après le deuxième Tachahode, celui-ci étant plus long (lue le premier; se tourner vers la droite, en prononçant le salut: Assalamou âlaïkom —; étendre et fléchir l'index au moment ou l'on prononce le Tachahode.
Il est blâmable de se retourner au cours de la prière, de fermer les yeux, de prononcer : (Bismillahi, aôuthou Billahi) dans la prière obligatoire, mais cela est permis dans la suréro­gatoire. De même il est blâmable de se tenir sur un pied si ce n'est au cours d'une longue station debout, et aussi de joindre les deux pieds; de garder en bouche un Dirham (pièce d’ar­gent) ou autre objet ou tout ce qui, porté dans la poche, la manche, ou sur le dos, est susceptible de distraire le fidèle.
 
Toute pensée mondaine, tout ce qui est susceptible de troubler son humilité devant Dieu au cours de la prière, est proscrit.
La prière possède une éclatante clarté qui illumine les coeurs des fidèles, et ne s'obtient que par ceux qui craignent Dieu.
Lorsque tu entreprends de prier, vide ton coeur de toute préoccupation terrestre, et souviens-toi que tu es entre les mains de ton Maître, pour l'amour duquel tu pries.
Sois convaincu que la prière est une humiliation, une marque de modestie envers Dieu, le Glorieux pour lequel tu t'es dressé, incliné, et prosterné. Sois convaincu que tu le glorifies, l'honores, par le Takbir . Allahou Akbar — le Tas­bih : Soubhana llah, et par les diverses formules de louange.
Sois assidu dans tes prières, car c'est là la plus importante des adorations ; ne laisse pas, en les faisant, Satan se jouer de ton coeur, te dissiper jusqu'à le noircir et te priver ainsi de la douce clarté de la prière.
Que ton humilité, en priant, soit constante ; elle ne peut t'inspirer que le bien. Demande secours à Dieu car il est la meilleur des aides.
 
Par 'Abd al Batin - Publié dans : La Jurisprudence islamique (Fiqh)
Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés