Dimanche 1 janvier 2006 7 01 /01 /Jan /2006 20:28

Les Règles du Jeûne

 

 

  • On commence le jeûne à la vue de la nouvelle lune [de Ramad’ân] et on le rompt à la vue de la nouvelle lune [de Chawwâl], que le mois soit de trente ou de vingt-neuf jours. Si le croissant est caché par des nuages, on compte trente jours à partir du premier du mois précédent, puis on jeûne et l’on fait de même pour la rupture du jeûne.

 

  • Le fidèle devra nourrir en son cœur l’intention de jeûner dès la première nuit de Ramad’ân; mais cette intention n’est pas requise pour le reste du mois. Le jeûne sera poursuivi jusqu’à la nuit.

 

  • La tradition veut que l’on fasse diligence pour rompre le jeûne et que l’on prenne le repas nocturne dit sah’oûr le plus tard possible. Quand on a des doutes sur le lever du jour, il faut s’abstenir de manger.

 

  • On ne doit pas jeûner le jour du doute, C’est-à-dire le jour dont on n’est pas sûr qu’il est bien le premier Ramad’ân, parce que l’apparition de la nouvelle lune n’a pas été confirmée, et ce, à titre de précaution, pour éviter de l’englober par erreur dans le mois de Ramad’ân. Jeûner ce jour-là n’est pas valable, même s’il se trouve qu’il fait partie du mois de Ramad’ân. Cependant, on peut le faire, à titre purement bénévole. Celui qui, au matin de ce jour de doute, ne mange ni ne boit et qui acquiert ensuite la certitude que ledit jour fait partie du mois de Ramad’ân, n’aura pas accompli un jeûne valable. Il devra s’abstenir de manger pendant tout le reste de la journée et jeûner pendant un autre jour à titre compensatoire.

 

  • Quand un voyageur arrive de voyage, non à jeun, ou quand la femme ayant ses menstrues recouvre l’état de pureté légale durant la journée, l’un et l’autre pourront manger pendant le reste du jour.

 

  • Celui qui, jeûnant bénévolement, rompt intentionnellement ce jeûne, ou entreprend un voyage en cet état et rompt son jeûne en raison de ce voyage, est tenu d’un jour de jeûne à titre compensatoire. Mais, s’il a rompu le jeûne par simple oubli, il n’est tenu d’aucune compensation. Au contraire, quand il s’agit d’un jour de jeûne obligatoire et qu’il l’a rompu dans ces conditions, il est tenu de le compenser.

 

  • L’usage du cure-dents est permis pour le jeûneur durant toute la journée.

 

  • Il n’est pas blâmable qu’il se fasse poser des ventouses [ou tirer du sang] à moins qu’on ne craigne que cela ne provoque une grande faiblesse.

 

  • Celui qui est pris de vomissements en Ramad’ân, n’est pas tenu d’un jeûne compensatoire. Mais, s’il cherche lui-même à se faire vomir et qu’il y parvienne, il est tenu d’une compensation.

 

  • Si la femme enceinte a des craintes pour [la vie de] l’enfant qu’elle a dans son ventre, elle rompra le jeûne et ne sera pas tenue de fournir [à un pauvre] la nourriture [expiatoire d’usage]. Selon une autre opinion, elle doit fournir cette nourriture.

 

  • La femme qui allaite son enfant si elle craint pour la santé de celui-ci et ne trouve point de remplaçante salariée, ou si le nourrisson n’accepte d’être allaité que par elle, aura la faculté de rompre le jeûne, avec obligation de fournir la susdite nourriture [à un pauvre].

 

  • Il est recommandé au vieillard très avancé en âge, quand il rompt le jeûne, de fournir ladite nourriture. Celle-ci consiste dans tous ces cas en un mudd (le contenu des deux mains jointes) [de céréales] pour chaque jour de jeûne à compenser.

 

  • De même cette nourriture devra être fournie par celui qui a négligé de compenser le jeûne d’un Ramad’ân précédent et qui se laisse ainsi surprendre par la venue du Ramad’ân suivant.

 

  • Les impubères ne sont pas tenus du jeûne, tant que le garçon n’a pas de pollutions nocturnes et que la fille n’a pas ses règles. C’est la puberté qui entraîne pour eux l’obligation d’accomplir les actes religieux corporels. Allâh Très Haut a dit: «Quand les enfants parmi vous ont atteint la puberté, qu’ils demandent la permission d’entrer» (Coran, Sourate 24, verset 58). Ils doivent demander la permission d’entrer dans un lieu où se trouvent les grandes personnes, parce qu’ils sont désormais considérés comme doués de discernement et responsables de leurs actes.

 

  • Quand l’homme se trouve au matin en état d’impureté légale et quand il ne s’est pas purifié, ou quand la femme ayant eu ses menstrues est redevenue en état de pureté légale avant l’aurore et que l’homme comme la femme n’ont procédé au lavage qu’après l’aube l’un et l’autre jeûneront valablement ce jour-là.

 

  • Il n’est pas permis de jeûner le jour de la fête de la rupture du jeûne, ni le jour des Sacrifices [de l’‘Aïd al-Kabîr].

 

  • On ne jeûnera pas non plus les deux jours qui suivent celui des Sacrifices. Exception est faite pour le mutamatti‘ - C’est-à-dire pour le pèlerin qui joint la ‘umra et le pèlerinage proprement dit - qui ne trouve point d’animal à sacrifier. Le quatrième jour de l’Aïd al-Kabîr ne doit pas être jeûné par le jeûneur bénévole, mais il sera jeûné par celui qui en a fait vœu ou par celui qui se trouve dans une période de jeûne continu [compensatoire] commencée avant ce jour.

 

  • Celui qui, par oubli, rompt le jeûne un jour de Ramad’ân est tenu de la compensation seulement et non de l'expiation kaffâra (vivres à fournir aux pauvres). De même pour celui qui le rompt par nécessité, pour cause de maladie.

 

  • Celui qui fait un voyage dans les conditions où les prières peuvent être abrégées, peut rompre le jeûne même s’il n’y est pas contraint par la nécessité. Il est alors tenu de la compensation. Mais en ce cas, nous, Malékites, nous préférons qu'il jeûne.

 

  • Celui qui fait un voyage d’une distance de moins de quatre barîd-s, c’est-à-dire quarante-huit miles et qui s’imagine qu’il a licence de rompre le jeûne et le rompt effectivement, n’est pas tenu de l’expiation kaffâra et doit seulement la compensation.  

 

  • Quiconque rompt le jeûne par suite d’une interprétation fausse [des textes sacrés] n’est pas tenu de l’expiation.

 

  • L’expiation n’est due que par celui qui rompt sciemment le jeûne, en mangeant ou en buvant ou eu coïtant, et il est alors tenu aussi bien de la compensation que de l’expiation. L’expiation, en ce cas, consiste à nourrir soixante pauvres, à raison d’un mudd [de céréales] de la valeur du mudd du Prophète (faveurs et bénédictions divines sur lui) pour chaque pauvre. C’est là le mode d’expiation qui est préférable selon nous, Malékites. Mais il peut aussi expier en affranchissant un esclave ou en jeûnant deux mois de suite.

 

  • Celui qui rompt volontairement un jeûne compensatoire du jeûne de Ramad’ân, n’est pas tenu de l’expiation.

 

  • Celui qui a un évanouissement pendant la nuit et qui reprend ses sens après le lever du jour, doit compenser le jeûne, mais, il ne fait à titre compensatoire que les prières au moment légal desquelles il a repris connaissance. 
  • Il convient que le jeûneur tienne sa langue et surveille ses gestes et qu’il rende au mois de Ramad’ân les honneurs qu’Allâh lui a lui-même rendus [dans son Saint Livre].

 

  • Le jeûneur n’approchera pas les femmes, par le coït, ni par l’attouchement, ni par le baiser donné en vue de la jouissance, et ce, pendant toute la journée du Ramad’ân. Mais rien de cela ne lui est interdit pendant les nuits du Ramad’ân.

 

  • Il n’y a pas d’inconvénient à ce que le fidèle soit, au matin en état d’impureté par suite de coït. Quiconque, pendant une journée de Ramad’ân a éprouvé une jouissance par suite d’attouchement ou de baiser et a eu une émission de liquide prostatique à cause de cela, est tenu du jeûne compensatoire. S’il a fait ces actes de propos délibéré, au point d’avoir une émission spermatique, il est tenu [en outre] de l’expiation.

 

  • Celui qui accomplit les pieuses pratiques de Ramad’ân [Bien que le texte ne le dise pas, il s’agit des prières appelées tarâwîh’] avec foi et en comptant sur la récompense divine, ses péchés [véniels] antérieurs lui seront remis.

 

  • Si, en Ramad’ân, on fait des récitations coraniques dans la mesure du possible, on est en droit d’en attendre du mérite (auprès d’Allâh) et l’expiation de ses péchés.

 

  • On accomplit les pieuses pratiques du Ramad’ân dans les mosquées publiques et sous la direction d’un Imâm. Mais, si l’on veut, on peut s’y livrer chez soi et cela est mieux pour celui dont le ferme propos se fortifie dans la solitude. Les vertueux Compagnons se livraient aux dites pratiques de Ramad’ân dans les mosquées en faisant vingt raka-s dont les deux premières étaient séparées de la troisième par une formule de salut. Puis les successeurs des dits compagnons firent, à cette occasion, trente-six rak‘a-s, sans compter le groupe impair et le groupe pair, c’est-à-dire l’ensemble des trois raka-s ci-dessus mentionné par l’auteur. Mais pour tout cela, les fidèles ont toute latitude. Après chaque groupe de deux rak‘a-s, on doit prononcer le salut. ‘Â’icha, qu’Allâh soit satisfait d’elle, a dit: «L’Envoyé d’Allâh (faveurs et bénédictions divines sur lui) n’a jamais fait, en Ramad’ân, ou en un autre temps, plus de douze rak‘a-s suivies du groupe impair (de trois rak‘a-s).
Par 'Abd al Batin - Publié dans : La Jurisprudence islamique (Fiqh)
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés