Vendredi 27 octobre 2006 5 27 /10 /Oct /2006 16:29
Le Livre de la Mère des Articles de Foi et ce qu'elle Contient comme Principes
 
 
 

Tiré de al Murchid al Mu'in, de ibn 'Achir
 
(voir plus bas sa biographie)

 






14 (les attributs suivants) sont nécessaires pour Allah : (1) l’Existence, (2) le fait d’être sans début, | (3) de même que la Permanence dans l'Existence, (4) l'Indépendance absolue et qui englobe tout,

 




15 (5) être Différent de Sa création sans similitude, | (6) l’Unité dans Son Entité, Ses attribut, et Ses actions,

 



 


16 (7) la Puissance, (8) la Volonté, (9) la Connaissance, (10) la Vie, | (11) l’Ouïe, (12) la Parole, et (13) la Vue. Ce sont les (attributs d'Allah) nécessaires.



 


17 et les opposés de ces attributs sont impossibles (pour Allah) : | (1) la Non-existence, (2) avoir un commencement - ceux-ci sont seulement pour des choses créées,

 


 


 


18 (3) de même se fondre dans la non-existence et (4) être dans le besoin (d’une chose) sont également comptés, | (5) qu'Il ait un semblable, (6) la négation de Son Unité,

 


 



 


19 (7) l’incapacité (à effectuer des actions contingentes), (8) être forcé (à agir), (9) l’ignorance, (10) la mort, | (11), la surdité, (12) le mutisme, (13) la cécité et le silence.

 


 



 


20 il est possible (pour Allah) et dans Son droit d'accomplir des actions contingentes | - toutes - et aussi les laisser (ineffectuées) dans la non-existence.

 


 



 


21 Son existence a une preuve concluante : | Le besoin de tout ce qui est créé d’un Formateur.

 


 



 


22 si l'univers avait commencé par lui-même | l'égalité et la prépondérance se réuniraient (en même temps *).

 


 


(* c.-à-d. la métaphore ici fait référence à une balance ancienne à deux plateaux, qui à la fois pencherait d’un coté (ce qui représente l'existence) et en même temps serait équilibrée (signifiant la non-existence). L'idée ici est que quelqu'un doit bien placer un poids sur un des plateaux de la balance afin qu’il y ait prépondérance d’un des cotés. En d'autres termes, quelqu'un doit choisir l'état d'existence pour un phénomène physique particulier un moment particulier puisque ce phénomène physique ne pourrait pas choisir sa propre existence puisqu'il n'était pas présent avant qu'il ait été créé.)


 


23 mais, c'est impossible. Et le commencement de l'univers | est dérivé (de l’observation des) changements des attributs (qui définissent les parties de l'univers) et (savoir que les attributs sont) intrinsèquement liés (aux essences).

 


 



 


24 si le fait d’Être sans début n'était pas Son attribut nécessaire, | (le fait d’) avoir un commencement obligerait à une boucle infinie ou à une régression.

 


 



 


25 s’Il pouvait passer par la non-existence, Son attribut d’être sans début serait nié. | S'Il était semblable à la création, le fait qu’Il ait commencement aurait certainement été vraie.

 


 



 


26 si l'indépendance n’était pas Son attribut nécessaire, il serait dans le besoin (d'un Formateur Lui-même). | S'Il n'avaient pas été Un, Il n’aurait aucune capacité (à effectuer des actions).

 


 



 


27 s'Il n’était pas vivant, voulant, sachant, | et puissant, vous ne verriez pas un monde (empli de création merveilleuse).

 


 



 


28 la deuxième partie des six postulats si…alors ci-dessus sont fausses. | Ainsi, (cela implique que) la première partie l’est également (fausse).

 


 



 


29 l’Ouï, la Vue, et la Parole | sont déduites par transmission (dans les sources premières) et conviennent également à Sa Perfection.

 


 


 


30 si une chose contingente possible était impossible ou nécessaire, | elle obligerait à un changement des réalités (du monde physique).

 


 


 


31 (les attributs suivants) sont nécessaires pour les nobles messagers: (1) l’exactitude, | (2) la fidélité dans l'obéissance, et (3) la transmission du message en toute vérité,

 


 


 


32 (les attributs suivants) sont impossibles (pour les messagers) : (2) le mensonge/ la malhonnêteté, (2) agir dans la désobéissance, | et (3) la non transmission. (Alors comprend donc) ô (toi) l’intelligent (et intelligence est également compté par beaucoup en tant qu’attribut nécessaire des messagers).


 


33 il est possible et dans leur droit d'être décrit par tout attribut (humain normal) | qui ne diminue pas (leur capacité de transmetteurs), comme la petite maladie.

 


 


 


34 s'ils n'étaient pas véridiques, il serait nécessaire | que Allah ait menti en attestant d’eux –

 


 



 


35 puisque leurs miracles sont comme Sa parole, qui est vraie : | « Cet esclave (à Moi) a dit la vérité dans tout ce qu’il rapporte. »

 


 



 


36 si la transmission était niée ou qu’ils trahissaient la confiance (en désobéissant), cela impliquerait | que l'acte interdit soit transformé en acte d'obéissance pour eux (puisque nous sommes invités à les imiter eux et que tous les actes sont arbitraires).

 


 




37 le fait qu’il soit permis qu’il leur arrive des afflictions humaines est l'argument contre ceux (qui nient les prophètes, cela à cause de leur douce nature). | Et que ces états normaux leur arrivent réellement (est la preuve qu'ils sont possibles pour eux) et la sagesse derrière ceci est de consoler les messagers (et d’informer les autres de la valeur basse de ce monde par rapport à l’au-delà).

 


 



 


38 et la déclaration : Il n'y a aucun dieu à part d'Allah | (et) Muhammad est l’Envoyé de Dieu


 


39 rassemble toutes ces significations (mentionnées ci-dessus). | Pour cette raison, on la considère comme le signe de la foi.

 


 



 


40 et cette déclaration est le meilleur de tous les types de dhikr (rappels) prononcés. | Ainsi, faites en votre occupation durant toute votre vie et vous serez victorieux dans l’acquisition du trésor.

__________________________________________


Qui est Abdelwahid ibn Ashir?

 
 
 
 

Abû Mâlik ‘Abdul Al-wâhid Ibn Ahmad Ibn ‘Ali Ibn ‘âshir Al-ansârî (d’origine médinoise puis andalouse), naquit en 990 de l’hégire (1582), il vécut à Fès et mourut en 1040 de l’hégire (1631).

 

Il était juriste, savant pieu et vertueux, il apprit le Coran de l’Imâm Abî Al-‘abbâs Ahmad fils du juriste Sidi ‘Uthmân Al-lamtî, il apprit les sept lectures (al-qirââtu) de l’Imâm  Abî Al-‘abbâs Ahmad Al-kafîf puis de l’Imâm et savant Abî ‘Abdillah Muhammad A-sharîf Al-marrî at-tilimsânî.

 

Il appris la grammaire de plusieurs grands savants de son temps comme le Mufti de Fès : Abû ‘Abdillah Ibn Al-qâsim Al-qassâr Al-qaysî et l’Imam Ibn Al-qâdî…

Il pris les sciences du hadîth de l’Imâm Al-qassâr, de l’Imâm Ibn ‘azîz, de l’Imâm Ibn Al-qâdî, de l’Imâm Safiyy Ed-dîn Muhammad Ibn Yahyâ Al-‘Izzî Al-shâfi‘î en orient (lors de son pèlerinage en 1008 de l’hégire) et de beaucoup d’autres.

Il étudie le Muwatta’ de l’Imâm Mâlik sur l’Imam Sidi Abî ‘Abdillah Muhammad Al-jinân, et Shamâil At-tirmithî sur l’Imâm et Shaykh  Sidi Abû Al-hasan ‘Ali Al-btîwî.

Il avait accumulé les connaissances en science du Coran, en grammaire, en interprétation du Coran, en logique, en mathématique, en Usûl et en plusieurs autres disciplines. Parmi ses disciples et élèves les plus connus : Abû ‘Abdillah Muhammad Ibn Ahmad Mayyâra (auteur de la mudawanna qui commente et explique le matn d’Ibn ‘âshir), le Shaykh ‘Abdelqâdir  Al- fâsî , Abu Al-‘abbâs Ahmad Ibn ‘Ali As-sûsî…

 

Il était un ascète, un mudjâhid et un soufi pieu.

 

Parmi ses ouvrages : « le matn : Al-murshidu al-mu‘înu ‘alâ ad-darûrî min ‘ulûmi ed-dîn » : qui eut un succès important au Maghreb ainsi qu'en Afrique sub-Saharienne où il fut, et est toujours appris et récité dans les assemblées et dans les mosquées, « Tanbîhu Al-khillâni fî ‘Ilmi rasmi Al-Qur-ân », « ’Ilmu Ar-rub‘i al-majîdi »,  « shifâu al-qalbi al-jarîhi fî sharhi burdati al-madîhi » et d’autres…

Par 'Abd al Batin - Publié dans : La Croyance Islamique ('Aqida)
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés